Recommend to a friend
print

Retrouver la forme grâce au vélo électrique

publié le 16/11/2017

Le vélo électrique peut-il être considéré comme une activité sportive ? Plusieurs études menées à l’étranger, conjuguées aux retours d’utilisateurs confirment : c’est oui ! Et pourtant les détracteurs de cette idée avancent un argument simple : l’assistance. Mais c’est également l’élément prépondérant qui invalide les aprioris. Pour déclencher l’assistance, il faut pédaler, donc fournir un effort. Le vélo électrique est un sport dit modéré, au même titre que la marche ou le golf.

Gérer son objectif forme

IMG_1492Si l’assistance permet de minimiser une partie de l’effort, elle permet aussi de le moduler. Le VAE, c’est le vélo idéal pour la reprise d’activité physique car il permet d’adapter la difficulté. Avec un vélo traditionnel, vous êtes de fait tout de suite en mode sans assistance, ce qui pourrait occasionner des problèmes si vous reprenez le sport. Le VAE facilite la progression étape par étape et va aussi de fait, minimiser le risque de découragement. C’est moins de frustration pour plus de plaisir ! Vous pouvez fixer des objectifs selon votre niveau de forme. Dans l’idéal, pour optimiser vos résultats, il convient de rallonger petit à petit les trajets tout en minimisant progressivement l’assistance, ou juste baisser cette dernière si le trajet est toujours le même. En effet, profitez du parcours domicile-travail pour entretenir votre forme.

Sur une promenade, on brule 400 à 600 calories en une heure de vélo classique, un résultat qui varie selon le poids du cycliste. Cela correspond à une marche modérée. Maintenir le même rythme, en désactivant l’assistance du VAE régulièrement, procurera des effets dans une proportion similaire. Mais les vélos électriques, hors Speedbikes, vous assistent jusqu’à 25 km/h. Au delà, vous n’avancerez plus qu’en pédalant. En repoussant vos limites, qui plus est sur un vélo généralement plus lourd qu’un vélo classique, vous optimiserez les effets sur votre santé.

Comme le vélo classique, le vélo électrique fait travailler les fessiers, les cuisses et les mollets. Il est bon pour développer les capacités respiratoires et minimise les risques cardio- vasculaires. Une nouvelle étude, cette fois ci menée en France, se déroule actuellement à Clermont-Ferrand. Elle est conduite par L’Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité. Son objectif est de mesurer l’impact du VAE sur la santé d’une trentaine de volontaires. Les résultats seront connus en 2018.