Recommend to a friend
print

Bien assurer son vélo à assistance électrique

publié le 27/07/2017

Véritable catalyseur pour l’industrie du cycle, le vélo électrique se démocratise. Bien que son prix d’achat soit en général plus élevé qu’un vélo traditionnel, son usage permet de vite le rentabiliser. Mais puisqu’il représente un investissement, la question de son assurance se pose.

Vous êtes déjà partiellement assurés

IMG_7205Tout d’abord, sachez qu’un VAE dispose du même statut qu’un vélo classique. Vous n’êtes pas dans l’obligation de l’assurer. De plus vous disposez selon les contrats d’assurances auxquels vous souscrivez déjà par ailleurs de protections incluses. Par exemple votre assurance multirisque habitation propose normalement une assurance en responsabilité civile. Vous êtes dans ce cas déjà couvert sur les dommages causés à des tiers en cas d’accident dans vos déplacements. L’assurance habitation peut vous couvrir en cas de vol ou de détérioration de votre vélo à votre domicile. Lors de l’achat du vélo, une garantie complémentaire peut être incluse selon les assurances dont vous bénéficiez par le biais de votre carte bancaire. Il convient de bien vous renseigner au préalable sur ces services et leurs conditions inhérents à vos contrats d’assurances déjà souscrits.

Soyez vigilant sur les exclusions de garantie

Reste à vous prémunir généralement contre le vol en dehors de votre habitation, en cas de détérioration de votre vélo ou de dommages et conséquences que vous pourriez subir en cas d’accident. De nombreuses assurances complémentaires vous protègent sur ces risques. Il est cependant important de bien vérifier les conditions d’exclusion. Tout d’abord votre vélo doit être homologué VAE pour en bénéficier. Certaines compagnies excluent la garantie en cas de vol la nuit. Enfin, le fait de ne pas avoir attaché votre vélo, de ne pas avoir utilisé certains types d’antivols et de ne pas avoir enlevé la batterie après l’avoir garé sont autant de conditions potentiellement excluantes.
Enfin, sachez qu’un vélo à assistance électrique dispose d’une limite d’assistance à 25 km/h. Les vélos électriques rapides (ou speedbikes) ont une limite à 45 km/h et ne sont plus catégorisés comme des vélos mais comme des cyclomoteurs. L’assurance au tiers devient obligatoire et la législation plus restrictive.